Romería

Culture

Art, sentiment et tradition

Feria de Abril de Mairena del Alcor

1249
1

La Feria de Abril, déclarée fête andalouse d’intérêt touristique, constitue l’une des marques de fabrique les plus significatives de Mairena del Alcor, une occasion unique au cours de laquelle la ville s'identifie, se reconnaît comme ayant sa propre personnalité. On trouve de nombreux témoignages de l’importance de cette fête, de son ampleur ainsi que son ancienneté, dans les textes des différents écrivains et chercheurs qui y ont dédié leurs travaux. De Washington Irving à Estébanez Calderón, en passant par George Bonsor, Marcelino Pérez Calvo, Rogelio Marín, Eusebio Pérez Puerto, Andrés Morales, Antonio Oviedo et d’autres encore, les textes publiés nous confirment l’importance que revêt la feria de Mairena.  

Elle a été fondée en 1441 par concession du roi Jean II de Castille à Pedro Ponce de León, seigneur de Mairena, afin de favoriser le repeuplement du lieu en facilitant l’approvisionnement de produits ainsi que la mobilité du bétail au sein de la comarque. En 1757, sa structure est réformée par décret royal en établissant comme dates définitives de célébration les 25, 26 et 27 avril.

Le fait que la feria soit célébrée si tôt lui permet d’inaugurer le cycle des ferias de la Basse Andalousie. 

Les nombreux écrivains et artistes qui l’ont visitée offrent un témoignage positif de sa renommée, parmi lesquels les Espagnols Serafín Estébanez Calderón, Tomás Rubí, Manuel M. de Santa Ana, Gustavo Adolfo Bécque et les étrangers Richard Ford, Standish et W. Irving. Les artistes de l’école « costumbrista » sévillane nous ont légué de grande œuvres inspirées de la feria, tels que Valeriano Bécquer, Villaamil, Cabral Bejarano, Lameyer, Andrés Cortés, et le Français Blanchard.

L'administration de la feria a été confiée au duc d'Arcos pendant la seconde moitié du XVIIIe siècle puis à la mairie au XIXe siècle. Au fil des années, toute une législation spécifique à la feria a été mise en place, recueillie dans de nombreuses dispositions royales, ordonnances et bans qui constituent un modèle législatif précis. Au cours de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, la réglementation de Mairena a atteint des niveaux d’efficacité et de flexibilité qui lui ont permis de diriger le complexe tissu commercial et festif d’une feria de grande envergure, en conjuguant les intérêts des éleveurs, des vendeurs, du Conseil Municipal et du Trésor Royal, qui sont toujours difficiles à concilier. 

Cette formule, surtout dans sa partie fiscale, a connu un tel succès qu'elle a garanti la primauté de Mairena pendant un siècle, jusqu'à la création de la feria de Séville, servant de modèle pour la création ou la réforme d'autres ferias. Cette structure s’est progressivement étendue en s’appliquant à des agglomérations telles que Villamartín, Écija ou Séville. 

Date estimée
Avril
Étiquettes

0 commentaires

Nouveau commentaire

Les commentaires sont modérés, ils mettent donc un certain temps à apparaître. S'ils contiennent un langage offensant, ils ne seront pas publiés.