Santiponce Itálica

Patrimoinie

Un patrimoine d'une immense richesse à découvrir

Cimetière de San Fernando

335
0

Communément appelé le « musée en plein air de Séville ». Il est situé au nord de la ville, derrière l'hôpital de San Lázaro, depuis 1852. La beauté de bon nombre de ses monuments funéraires fait de ce cimetière un lieu de visite fortement recommandé.

La construction du cimetière de San Fernando remonte à l'année 1852, pour répondre aux besoins de concentrer les sépultures en un seul lieu, et pas seulement dans les églises et autres cimetières déjà saturés au XVIIIe siècle en raison de la croissance démographique et des épidémies qui ont frappé Séville.

Sa construction a duré tout au long de l'année 1852 et le cimetière a ouvert ses portes pour la première inhumation le 1er janvier 1853. Il est formé d'allées principales où se trouvent des tombes, des mausolées et des monuments funéraires de toreros, chanteurs de flamenco, etc.

Parmi les œuvres d'art que l'on peut découvrir au cimetière de Séville, se trouve le panthéon de Joselito « el Gallo » (le coq, tel qu'était surnommé ce célèbre matador espagnol), son frère Rafael et Ignacio Sánchez Mejías (autre matador). Le Christ crucifié de las Mieles, le panthéon d'Antonio « El Bailarín » (danseur de flamenco), celui des toreros « Paquirri » et Juan Belmonte. Ainsi que les sépultures d'autres personnages historiques, parmi lesquels Juanita Reina, Gitanillo de Triana, Espartero, Diego Martínez Barrio, Antonio Susillo...

L'enceinte est agrémentée de rangées de cyprès, l'arbre funéraire par excellence. On y voit également des palmiers, qui symbolisent le triomphe de la vie et l'éternité.

0 commentaires

Nouveau commentaire

Les commentaires sont modérés, ils mettent donc un certain temps à apparaître. S'ils contiennent un langage offensant, ils ne seront pas publiés.