Santiponce Itálica

Patrimoinie

Un patrimoine d'une immense richesse à découvrir

Hôpital de la Charité

373
0

Ce bâtiment, construit au XVIIe siècle, était le siège d'une institution caritative promue par Miguel de Mañara, un philanthrope qui préoccupait des plus démunis. Dans de nombreux autres hôpitaux, les indigents malades n'étaient pas admis, il décida donc de guérir les malades dans la propre confrérie de la Santa Caridad (Sainte charité), et il inaugura la première infirmerie de l'hôpital en juin 1674.

La confrérie de la Santa Caridad a été fondée au milieu du XVe siècle et les premières règles de son fonctionnement datent de 1578. Elle avait pour fonction de transférer les patients les plus démunis à l'hôpital, d'aider spirituellement les détenus condamnés à mort et de les enterrer et de s'occuper des cadavres laissés par les crues du Guadalquivir. De fait, l'église est surélevée de deux mètres au-dessus du sol pour éviter les nombreuses inondations et crues du Guadalquivir qui avaient déjà causé la destruction de la chapelle en 1645.

La façade de l'église est un grand exemple du baroque sévillan. Dans les sections supérieures se trouvent les saints patrons San Jorge y Santiago et les trois vertus théologales : Foi, Espérance et Charité. La partie inférieure accueille les sculptures de deux saints rois : saint Ferdinand, roi de Castille et saint Louis, roi de France.

La décoration du temple a été imaginée par Miguel de Mañara et pour cela, il a compté sur les meilleurs artistes de l'époque tels que Murillo, Pedro Roldán, Valdés Leal ou encore Bernardo Simón de Pineda. De fait, l'église abrite deux grandes œuvres de Valdés Leal : Finis gloriae mundi et In ictu oculi.

L'hôpital dispose de trois grandes salles, qui ont été construites en tirant parti des arsenaux royaux de l'époque d'Alphonse X de Castille dit « Alphonse le Sage ». Dans l'un des patios de l'hôpital, une plaque en céramique qui rappelle que Mañara y a passé les derniers jours de sa vie. 

0 commentaires

Nouveau commentaire

Les commentaires sont modérés, ils mettent donc un certain temps à apparaître. S'ils contiennent un langage offensant, ils ne seront pas publiés.