Santiponce Itálica

Patrimoinie

Un patrimoine d'une immense richesse à découvrir

Sanctuaire de la confrérie de los Gitanos

586
0

L'église del Cristo de los Gitanos, (Christ des Gitans), de son véritable nom « Santuario de Nuestro Padre Jesús de la Salud y María Santísima de las Angustias Coronada » (littéralement le sanctuaire de Notre Père Jésus de la Santé et de Sainte-Marie-des-Angoisses), est un ouvrage dont l'origine remonte au début du XVe siècle. Il faisait partie du couvent franciscain dit del Valle (de la Vallée), formé par l'église, les dépendances, les cloîtres, les jardins et le verger.

Les différents désamortissements (processus historico-économique consistant à mettre aux enchères et redistribuer les biens appartenant à l'Église et à la noblesse) du XIXe siècle ont transformé le couvent en école jusqu'à ce qu'à ce qu'il soit complètement abandonné dans la seconde moitié du XXe siècle, puis démoli. Seule l'église a été épargnée par cette démolition et, malgré les dommages culturels, elle a laissé apparaître un pan du mur almohade avec trois tours de défense qui faisaient partie de l'intérieur du couvent.

En 1996, l'église est cédée à la confrérie de los Gitanos (des Gitans), avec l'engagement de la restaurer, grâce au financement notamment de Cayetana Fitz-James Stuart, duchesse d'Alba.

Le bâtiment, austère de l'extérieur, présente une entrée principale très élaborée, de style néo-gothique. Il s'agit d'un ouvrage d'architecture rectangulaire, à trois nefs, la nef centrale étant beaucoup plus large, tandis que les nefs latérales sont couvertes par deux galeries qui longent tout le temple. Elles sont séparées par des arcs brisés, soutenus par des pilastres polylobés, dont chacun supporte la sculpture d'un saint.

Le toit de la nef centrale est en bois et de style mudéjar, avec une charpente en chevrons et chevilles. Au centre se trouvent les armoiries de la confrérie de los Gitanos.

L'accès à la niche de la Vierge de las Angustias (des Angoisses) est composé de peintures murales, œuvres du peintre de Malaga Raúl Berzosa. Les œuvres, réalisées à l'huile sur toile, représentent les 7 peines de la Vierge Marie et ont été bénies par Mgr Carlos Amigo Vallejo, archevêque émérite de Séville.

0 commentaires

Nouveau commentaire

Les commentaires sont modérés, ils mettent donc un certain temps à apparaître. S'ils contiennent un langage offensant, ils ne seront pas publiés.