Santiponce Itálica

Patrimoinie

Un patrimoine d'une immense richesse à découvrir

Site chalcolithique et tartessien de La Angorrilla et sa nécropole

409
1

Aux alentours du centre historique de la ville d'Alcalá del Río se trouve le site archéologique de La Angorrilla. Ce site a été à la fois un lieu de peuplement durant la période chalcolithique et une nécropole à l'époque tartessienne et romaine.

Colonie chalcolithique

Elle est située sur une légère hauteur, une ancienne terrasse sur la rive droite du fleuve Guadalquivir, qui lui confère une protection à l'est et au sud. Tandis qu'à l'ouest, elle descend doucement vers le ruisseau del Barranco et un ancien cours d'eau aujourd'hui colmaté. Sa situation dans un espace de transition entre La Vega del Guadalquivir et Sierra Morena en fait un emplacement idéal pour l'habitat humain.

Une centaine de structures en forme de silos et de taille variable datant de la période chalcolithique, l'Âge du cuivre, ont été excavées dans les marnes et les dépôts de la terrasse.

Les silos étaient concentrés dans la partie centrale de la colonie où il était fréquent que plusieurs d'entre eux entrent en intersection, tandis qu'à la périphérie, ils étaient plus éloignés les uns des autres.

 Il s'agit d'un site qui présente des caractéristiques que l'on retrouve dans d'autres zones de peuplement de la région, comme Valencina de la Concepción, mais aussi dans d'autres espaces géographiques, au-delà des limites de l'Andalousie, avec pour dénominateur commun leur emplacement sur des terres fertiles près de cours d'eau et les structures en forme de silos, souvent associées à des fossés et à des bases de fondation de huttes. Dans la plupart des cas, ces structures, en particulier les silos, se chevauchent, notamment en raison de la réoccupation et/ou de la restructuration de la colonie, et elles contiennent des ossements de bovidés, de chiens, de restes de squelettes humains, de cendres, d'artefacts lithiques...

Nécropole

La nécropole est située à l'extérieur de la colonie, à environ 800 mètres au sud-ouest de la ville, séparée de celle-ci par un fond de vallée prononcée créé par le ruisseau saisonnier Caganchas, qui se jette dans le Guadalquivir.

Elle est datée du milieu du VIIe siècle avant l'ère chrétienne, selon une datation relative, et autour du IXe siècle selon une datation absolue.

Des preuves de l'existence d'enterrements dans une fosse simple ont été mises en évidence, principalement des inhumations (56 tombes), mais aussi des crémations primaires (10 tombes de type bustum) et secondaires (1 crémation dans une urne de type « Cruz del Negro » - à col cylindrique et anses latérales). Les fosses sont orientées vers le lever du soleil, montrant par conséquent des variations de l'orientation magnétique en raison de la déviation du soleil tout au long de l'année, mais toujours suivant une orientation de base est-ouest.

En ce qui concerne les objets funéraires, on dénote une grande variété au sein d'une série d'éléments qui tendent à se répéter ; ainsi, les objets à usage personnel et parures sont les plus courants, notamment les broches de ceinture, les colliers de perles, les boucles d'oreilles, etc. Des ensembles en ivoire, des assiettes et des offrandes d'animaux ont également été retrouvés.

0 commentaires

Nouveau commentaire

Les commentaires sont modérés, ils mettent donc un certain temps à apparaître. S'ils contiennent un langage offensant, ils ne seront pas publiés.