Osuna Colegiata

Séville, belle et diverse

Les vitraux de la cathédrale de Séville constituent l'un des ensembles les plus riches, homogènes et les mieux conservés des cathédrales espagnoles. Les cent trente-huit vitraux conservés sont également une excellente manière de découvrir l'histoire de cette technique dans la péninsule ibérique, du XVe au XXe siècle.

Cette église est un mélange de tradition islamique et d'art gothique apporté par les conquérants chrétiens venus de Castille. La façade principale date de la seconde moitié du XIIIe siècle, dont on remarquera l'entrée exceptionnelle en pierre et constituée d'un arc en ogive avec des archivoltes et des moulures épaisses.

C'est en 1252 qu'Alphonse X de Castille décide de construire les arsenaux royaux (Reales Atarazanas) à Séville, pour construire des galères à l'extérieur de l'enceinte fortifiée et à proximité du Guadalquivir, dans la zone comprise entre la Torre del Oro (Tour de l'Or), la Torre de la Plata (Tour de l'Argent), la Puerta del Carbón (Porte du Charbon) et le Postigo del Aceite (Guichet de l'huile)

Église de Sainte Marie de l'Olive

L'Ermitage de Notre Dame du Château est l'un des exemples les plus représentatifs de l'architecture religieuse mudéjare en Andalousie occidentale.

L'église paroissiale de Nuestra Señora de las Nieves (Notre-Dame-des-Neiges) est un temple très intéressant dont la construction remonte au début du XIVe siècle, avant d'être agrandie dans le troisième quart du XVIe siècle. L'ouvrage se distingue par sa tour-façade et son le magnifique grand retable gothique, datant de 1500 environ.

La Tour de l'Argent (Torre de la Plata), de forme octogonale, a été construite au XIIIe siècle par les Almohades et faisait partie des murailles d'enceinte de la ville. Elle marque la fin de l'enceinte fortifiée et elle communiquait par un pan de mur à la Tour de l'Or (Torre del Oro).