Chaparro de la Vega

Séville, belle et diverse

Le gisement archéologique situé sur l'ancienne place d’armes de l’Alcazar royal dit « El Picadero », occupe la partie la plus élevée de la ville. On peut y voir des vestiges turdétans et romains et des pans de la muraille d’un château musulman qui permettent de constater les niveaux d’occupation d’Écija depuis sa fondation, vers le VIIIe siècle av. J.-C. Jusqu’à aujourd’hui.

La Puerta del Tiro était l'entrée principale de l'Alcazar de la cité musulmane, reliant les deux enceintes, la citadelle et la médina, mais l’ouvrage islamique a été très transforme lorsqu'il est devenue l'accès à la zone du palais à l'époque ducale.

Ensemble historique et artistique classé bien d’intérêt culturel en 1965 

Situé à l'ouest de l'enceinte fortifiée et au point culminant de Carmona, cette forteresse a probablement été construite à l'époque musulmane, plus précisément au XIIe siècle, mais aucune preuve archéologique ne le confirme.

L'église Santa María de La Mota est située dans l'ancien alcazar islamique de Marchena, une zone fortifiée séparée de la ville, la plus haute, d'où le nom de La Mota (la colline).  Il fut construit vers 1356, après la concession de la seigneurie de Marchena à Fernando Ponce de León par le roi Ferdinand IV de Castille le 18 décembre 1309.

L’Alcazar de la Porte de Séville est situé sur la Plaza de Blas Infante. Cette forteresse a été érigée à la Porte de Séville, formant un complexe défensif presque imprenable.