Mantecados

Séville, belle et diverse

Archéologique

Les origines du musée archéologique de Séville remontent à la fin du XIXe siècle, lorsqu'une collection publique d'antiquités est créée, la plupart provenant de la ville romaine d'Italica.

Le musée archéologique et ethnographique de La Puebla de Cazalla est situé dans l’Hacienda la Fuenlonguilla. Il s’agit d’un moulin à huile typique qui a fonctionné du XIXe au XXe siècle. Son plan est presque carré, bien qu’il faille distinguer deux parties.

Le gisement archéologique situé sur l'ancienne place d’armes de l’Alcazar royal dit « El Picadero », occupe la partie la plus élevée de la ville. On peut y voir des vestiges turdétans et romains et des pans de la muraille d’un château musulman qui permettent de constater les niveaux d’occupation d’Écija depuis sa fondation, vers le VIIIe siècle av. J.-C. Jusqu’à aujourd’hui.

Le centre andalou d'art contemporain (C.A.A.C.) a été créé en février 1990 dans le but de doter la Communauté autonome d'une institution dédiée à la recherche, la conservation, la promotion et la diffusion de l'art contemporain. Les premières œuvres ont ensuite été acquises, avec l'idée de constituer peu à peu une collection permanente d'art contemporain.

La première phase de construction du Metropol Parasol a mis au jour des vestiges d'une grande partie de la période romaine, de Tibère (vers 30 après J.-C.) jusqu'au Vie siècle, ainsi qu'une maison islamique almohade des XIIe et XIIIe siècles.

Le Musée du complexe archéologique de Carmona fut inauguré en 1885, étant l’une des premières institutions muséologiques espagnoles directement liées à un site archéologique : la nécropole de Carmona.    

Le musée archéologique Padre Martín Recio d’Estepa (Séville) est situé dans l’ancienne prison d'Estepa. Le musée archéologique Padre Martín Recio abrite des pièces allant du paléolithique au Moyen Âge, trouvées dans toute la région.