Écija Iglesia de los Descalzos

Séville, belle et diverse

En 1731, un groupe de jeunes passaient leur temps à chanter le rosaire dans les rues « plus pour s’amuser puérilement que pour des raisons de dévotion ». D’autres personnes se joignirent à eux et c’est ainsi qu’ils créèrent la confrérie de los Servitas, qui est à l’origine de la construction de l’église de Nuestra Señora de los Dolores.

L'image du saint patron d'Osuna est vénérée dans cet ermitage, et emmenée en procession tous les 12 janvier. L'église a été construite au XVIIe siècle et rénovée au XVIIIe siècle. Son intérieur se compose d’une seule nef, couverte d'une voûte en berceau et d'une coupole sur pendentifs dans l'espace du transept.

Le bâtiment baroque du XVIIe siècle, dont la construction fut ordonnée par Álvaro de Castilla, en 1614, comme couvent et hôpital, auquel l’église est rattachée.

Il s'agit d'un ancien ermitage chrétien qui, à l'origine, pourrait être une mosquée arabe dont le mihrab serait conservé.  Des travaux de restauration y ont été effectués, après qu'il ait cessé de servir d'entrepôt pénitentiaire.  

L’église de San Pedro, à la façade blanche et dont l’intérieur date de 1859, a récemment été rénovée (1998) grâce à l’archevêché de Séville, la mairie de Coripe et aux dons généreux des fidèles. Toutefois, elle conserve encore la coupole baroque de l’ancien édifice et l’ancienne chapelle del Carmen qui est aujourd’hui un sanctuaire.

Situé à quelques kilomètres de la localité, sur la route qui mène à Malcocinado et sur une propriété privée, ce monastère repose sur les derniers vestiges de l'ancien monastère Basilio qui jadis occupait les lieux. L'ermitage qui fait office d'entrepôt du domaine actuel, se compose d'une seule nef divisée en deux sections, l'une à voûte en berceau et l'autre dotée d'une coupole.

Construit au XVIe siècle, le couvent de la Madre de Dios est actuellement occupé par les Sœurs de la Doctrine chrétienne. Il possède un beau cloître avec des éléments de style mudéjar et renaissance. Il faut souligner qu’en 1722 il a été ravagé par un incendie et que, dans le contexte de la Guerre civile espagnole, il a été saccagé puis restauré dans les années 1990.