Osuna Colegiata

Séville, belle et diverse

Vieille porte du village crénelé avec trois ouvertures semi-circulaires.

L’arc de la Rose, également appelé porte de Séville, est l'une des portes de l'enceinte fortifiée et l'un des emblèmes qui reflète le mieux l'image de la Marchena. Cette porte et son ensemble font partie d'une reconstruction de 1430, selon une bulle accordée par Martin V pour promouvoir cette œuvre.  

La porte de Morón était l'une des entrées de la ville fortifiée de Marchena pendant la période médiévale.

Il s’agit d’une porte à double arc en plein cintre en brique de tradition mudéjare, qui faisait probablement partie d’un ancien système d’enceinte de la ville à la fin de l’époque médiévale. Un petit autel du XVIIIe siècle est conservé à l’intérieur de l’Arc avec les images de Jésus de Nazareth et de Notre Dame du Soleil.

Sous la domination musulmane, « Marssen'Ah », le nom donné à la ville, connut un grand développement urbain et culturel. La structure complexe des différentes enceintes fortifiées qui composaient les remparts de Marchena répond fondamentalement au paradigme des villes hispano-musulmanes : le rempart principal qui détermine et ferme le noyau de la ville, la Médina.

La Puerta del Tiro était l'entrée principale de l'Alcazar de la cité musulmane, reliant les deux enceintes, la citadelle et la médina, mais l’ouvrage islamique a été très transforme lorsqu'il est devenue l'accès à la zone du palais à l'époque ducale.

La porte de Cordoue est située à l’extrémité nord-est de Carmona, dans un vallon naturel du coteau. C’était autrefois l’une des quatre portes d’entrée de la ville.

Construite à l’époque romaine, la Via Augusta y passait, traversant la ville jusqu’à la porte de Séville dans l’axe du Cardo Maximus.