Santiponce Itálica

Patrimoinie

Un patrimoine d'une immense richesse à découvrir

Palais épiscopal

1078
0

Après la reconquête de Séville en 1248 par le roi sanctifié Ferdinand III de Castille, en 1251, plusieurs édifices ont été cédés à la demande du roi à Monseigneur Raimundo de Losana, évêque de Ségovie, pour qu'il s'installe dans la ville. Ces maisons étaient bâties sur des constructions almohades, elles-mêmes édifiées sur un ensemble thermal de l'époque romaine. Du palais construit pour Raimundo de Losana, qui fut le premier évêque de Séville après la reconquête, il ne reste plus aucun vestige. Au fil des siècles, il a fait l'objet de travaux d'agrandissement, jusqu'au milieu du XVIe siècle, époque à laquelle il a pris sa configuration actuelle, autour de deux patios de style maniériste.
 
L'entrée, de style baroque, œuvre de Lorenzo Fernández de Iglesias et Diego Antonio Díaz, a été construite au XVIIIe siècle et elle est considérée comme l'un des meilleurs exemples du baroque sévillan. On remarquera les couleurs sable rouge et sang du taureau qui orne l'ouvrage, couleurs que l'on retrouve dans d'autres bâtiments emblématiques de la ville. Dans les dernières décennies du XVIIIe siècle, l'archevêque Alonso Marcos de Llanes Argüelles a inauguré la bibliothèque du palais. En outre, il a fait plusieurs commandes au peintre José Suárez pour la décoration du palais, ainsi que pour le palais archiépiscopal d'Umbrete, utilisé par les archevêques comme résidence d'été.
 
Pendant la guerre d'indépendance espagnole, il a été utilisé comme quartier général du commandement général de l'armée et résidence du maréchal Soult et de ses officiers. Des années plus tard, les ducs de Montpensier, récemment arrivés dans la ville l'utilisèrent comme logement provisoire pendant la réalisation des travaux du palais de San Telmo.
 
Il est déclaré Monument artistique et historique en 1969.

0 commentaires

Nouveau commentaire

Les commentaires sont modérés, ils mettent donc un certain temps à apparaître. S'ils contiennent un langage offensant, ils ne seront pas publiés.