Santiponce Itálica

Patrimoinie

Un patrimoine d'une immense richesse à découvrir

Palais de San Telmo

622
0

Le palais de San Telmo a été construit en 1682 pour accueillir le Collège du séminaire de l'Université de Mareantes. En 1849, elle devient la résidence des ducs de Montpensier, qui complètent la construction de la tour nord et construisent l'entrée (apeadero), l'aile est et la salle de bal. Les nouvelles salles sont en stuc et dorées par Pelli et Rossi et les murs sont habillés de peintures rapportées du palais de Vista Alegre. Les plafonds de la salle de bal sont décorés par Rafael Tejeo.

C'est l'un des plus beaux édifices de la ville de Séville. D'architecture rectangulaire, il possède avec quatre tours et un grand patio central, dont on remarquera la porte d'entrée du XVIIIe siècle, œuvre de Leonardo de Figueroa, et sa façade latérale, dotée de sculptures dédiées à des personnages illustres de Séville et réalisées par Antonio Susillo.

Le palais disposait de l'eau courante, de salles de bains, de l'électricité, du télégraphe et même de son propre embarcadère pour accéder au Guadalquivir, ainsi que de jardins inspirés de Versailles qui deviendraient plus tard le parc María Luisa.

La chapelle du palais de San Telmo est un joyau de l'art andalou et espagnol, constitué d'une seule nef à voûte en berceau et cinq retables : le principal, dédié à la Vierge del Buen Aire, deux autres côté épître, avec une représentation de saint Thomas d'Aquin et de saint Antoine, et deux autres côté évangile, présidés par un Christ crucifié et saint Joseph.

À sa mort en 1897, María Luisa Fernanda fit don du palais à l'archevêché. En 1901, il est devenu un séminaire diocésain. Depuis 1989, il appartient au Conseil d'Andalousie, qui, après avoir effectué divers travaux de réhabilitation pour lui redonner son statut de palais, en a fait en avril 1992 le siège de la présidence du Conseil d'Andalousie.

Horaires

Fermé temporairement

0 commentaires

Nouveau commentaire

Les commentaires sont modérés, ils mettent donc un certain temps à apparaître. S'ils contiennent un langage offensant, ils ne seront pas publiés.